Vos paramètres de cookies actuels empêchent l'affichage de contenu émanant de Youtube. Cliquez sur “Afficher le contenu” pour afficher ce contenu et accepter les paramètres de cookies de Youtube. Consultez la Politique de confidentialité de Youtube pour plus d'informations. Vous pouvez modifier vos paramètres à tout moment ici.

Afficher le contenu

Histoire du Wing Chun

Nous allons détailler ici l'histoire du Wing Chun telle qu'elle est couramment admise. Mélange de faits historiques lointains transmis oralement et certainement de quelques légendes, celle-ci ne saurait être parfaitement exacte ni exhaustive.

Chapitre 1 : La destruction du temple Shaolin


En 1644, les Mandchous (ou Jürchen) envahissent le Nord de la Chine, précipitant la décadence de l'Empire Ming, et fondent la dynastie des Qing. Les Qing s'attachent à humilier le peuple chinois et imposent le port de la natte. Les opposants, civils comme militaires, sont massacrés. Un peu partout en Chine, la résistance des loyalistes à l'Empire Ming s'organise...

natte sous la dynastie qing

Natte Qing ou natte Mandchoue

Dans ce contexte, à Shaolin, cinq grands maîtres se réunissent afin de synthétiser un nouveau style. En effet, le Shaolin est une boxe de champ de bataille et la guerre militaire contre les Qing est dors et déjà perdue. Jee Sin, Miao Hin, Fung Do Tak, Pak Mei et Ng Mui entreprennent donc la conception d'une boxe de guérilla, orientée vers le combat rapproché. Ils sont interrompus dans leur tâche par les Mandchous qui ordonnent la destruction du temple.

Ng Mui (ou Wǔ méi) parvient à échapper au massacre et se réfugie au temple Tai Leung sur le mont Emei. Ne disposant pas de la force physique des hommes, elle y entreprend d'adapter le style à sa condition physique.

Chapitre 2 : Yim Wing Chun

D'après le légende, Yim Wing Chun, marchande de tofu, se serait réfugiée au mont Tai Leung pour échapper à un mariage forcé avec un officier. Elle y fait la connaissance de Ng Mui qui lui enseigne son art. Yim Wing Chun retourne ensuite dans son village natal en prétendant qu'elle ne pourrait épouser qu'un homme qui serait capable de l'égaler en combat. Sûre de sa victoire, l'officier accepte le défi et se retrouve terrassé par Yim Wing Chun, le rendant fou de rage. Yim Wing Chun est contrainte de fuir de nouveau.

peinture mont emei

Peinture du mont Emei

 

Yim Wing Chun épouse ensuite Leung Bok Chau qui devient également son disciple.
A la mort de Yim, Leung Bok Chau donne le nom de sa femme à ce style d'arts martiaux jusqu'ici sans nom : le Wing Chun était né. 

Chapitre 3 : Ip Man

Le Wing Chun se transmet ensuite pendant plusieurs génération de manière confidentielle jusqu'à maître Ip Man.

Ip Man est né en 1893 à Foshan. De famille aisée, il débute l'étude du Wing Chun à l'âge de 9 ans auprès de Chan Wah Shun (disciple de Leung Jan) mais le maître décède 3 ans plus tard. A 15 ans, il part faire ses études à Hong Kong et fait la rencontre de Leung Bik (fils de Leung Jan) auprès de qui il parfait sa formation. Il rentre ensuite à Foshan où il rejoint le Kuomintang (armée du parti nationaliste chinois) et devient capitaine des patrouilles de police de Foshan.


ip man et bruce lee - chi sao

Ip Man pratiquant le Chi Sao avec Bruce Lee

 
En 1949, Mao et les communistes prennent le pouvoir et fondent la République Populaire de Chine (RPC). Tout comme les Mandchous, Mao craint le pouvoir des maîtres d'arts martiaux (la plupart étant rattachés au Kuomintang) et des sociétés secrètes. Il fait interdire leur pratique ainsi que toutes les formes de cultures traditionnelles, alors considérées comme des héritages capitalistes.
Pour échapper à la purge, Ip Man s'installe définitivement à Hong Kong et y ouvre plusieurs écoles successives. Il meurt le 2 décembre 1972 d'un cancer de la gorge. Au cours de ces deux décennies, il forme de nombreux disciples parmi lesquels de célèbres combattants comme Wong Shun Leung, William Cheung et un certain Lee Jun-Fan plus connu sous le nom de Bruce Lee.

Chapitre 4 : Bruce Lee et le cinéma

Lee Jun-Fan commence l'étude du Wing Chun auprès de Ip Man à l'âge de 13 ans. La rumeur dit qu'après quelques cours, Bruce serait revenu voir Ip Man en lui annonçant qu'après quelques essais dans des bagarres de rue, il trouvait son art bien efficace et souhaiterait apprendre la suite. Vexé mais en manque d'argent, Ip Man confiera la formation du petit dragon à Wong Shun Leung. A 19 ans, il rentre aux États-Unis sans avoir eu le temps de finir sa formation.
Quelques années plus tard il y ouvre sa propre école. Ne pouvant y lier le nom de son maître et de son style, il l’appellera Jun Fan Kung Fu : le "kungfu" de Jun Fan.
Rappelons que jusqu'ici, le terme "Kungfu" ne désigne pas les arts martiaux chinois. Ceux-ci sont nommés directement par le nom du style ou de l'école (Wing Chun, Hung Gar, Choy Lee Fut,...). "Kungfu" a d'avantage le sens de "maîtrise". Méconnaissant cela, la presse a cru que Bruce Lee pratiquait le Kungfu et ce terme est resté jusqu'à nos jours.

Vos paramètres de cookies actuels empêchent l'affichage de contenu émanant de Youtube. Cliquez sur “Afficher le contenu” pour afficher ce contenu et accepter les paramètres de cookies de Youtube. Consultez la Politique de confidentialité de Youtube pour plus d'informations. Vous pouvez modifier vos paramètres à tout moment ici.

Afficher le contenu

Pompes sur deux doigts, vitesse éclair, combat, one inch punch... Bruce Lee enchaîne les démonstrations spectaculaires au tournoi de Karate de Longbeach.

 
Bruce Lee se fait remarquer au tournoi de Karate de Long Beach où il démontre l'efficacité du Wing Chun. Cette performance enclenche sa carrière d'acteur martial. Il meurt à l'âge de 32 ans d'un œdème cérébral. 

De part sa mort prématurée, Bruce Lee est devenu une légende et a ouvert la voie à toute une génération d'acteurs : Jackie Chan, Jet Li, Donnie Yen mais aussi David Carradine, Chuck Norris ou Jean-Claude Van Damme. Il a donné aux arts martiaux chinois et au Kung Fu Wing Chun leur notoriété mondiale.